Au #Soudan, accord sur une période de transition de trois ans

مشاهدة
أخر تحديث : mercredi 15 mai 2019 - 5:46
Au #Soudan, accord sur une période de transition de trois ans

Le Conseil militaire de transition, qui assure l’intérim du pouvoir, a précisé qu’un accord définitif serait conclu avec les représentants des manifestants dans les vingt-quatre heures

Ce n’est pas encore le triomphe de la révolution, mais un pas important dans le processus de retour à la démocratie en cours au Soudan. Dans un climat de tension, au lendemain d’une nuit de violences, lundi 13 mai, où des éléments encore mal identifiés des forces armées ont tenté d’écraser le mouvement populaire qui occupe les rues de Khartoum pour réclamer le retour d’un pouvoir civil, les deux parties engagées dans des négociations pour décider du futur du Soudan sont arrivées à un premier accord, dans la nuit de mardi 14 à mercredi 15 mai

Les généraux du Conseil militaire de transition (TMC) et les négociateurs civils représentant les forces de la Déclaration pour la liberté et le changement (FDFC) se sont accordés sur un cadre général : le TMC cédera le pouvoir pour trois ans à un conseil de souveraineté dont la composition précise est encore en cours de négociation. Cet organe sera placé à la tête du Soudan, mais exercera le pouvoir de façon symbolique. Un gouvernement gérera les affaires courantes et devra contribuer à amener le pays jusqu’à des élections au terme d’une période de transition que les généraux voulaient limiter à deux ans

Les civils, dont ceux qui avaient théorisé le cadre politique de l’après-Omar Al-Bachir – le président renversé le 11 avril après trois mois de manifestations et près de trente ans de pouvoir – dès la fin 2018, la voulaient deux fois plus longue. Ils estimaient en effet que quatre années seraient nécessaires pour créer sur de nouvelles bases un environnement démocratique capable de stabiliser le Soudan

Ressusciter l’économie

Les partis politiques sont, à l’exception notable du Parti du Congrès soudanais (SCP) d’Omar Al-Digeir, déconsidérés aux yeux de l’opinion publique et des foules qui mènent ce qu’ils appellent « révolution », un terme qui montre la soif de changement vis-à-vis d’un système politique pourri par des années de compromission avec le système mis en place par les fidèles d’Omar Al-Bachir

Pendant les trois années de transition, il y aura fort à faire. Une Assemblée législative de 300 membres sera créée. Elle devra être composée à 67 % (200 personnes) de membres de l’alliance qui a mené la contestation, les FDFC. Cette vaste coalition intègre, en son sein, d’autres regroupements dont font partie les groupes armés encore actifs au Soudan. Les six premiers mois de la transition devront être consacrés, en priorité, à ressusciter l’économie et à faire la paix avec ces groupes. Cent personnes issues de formations qui ne sont pas incluses dans les FDFC composeront le dernier tiers de l’Assemblée législative

Selon les premiers termes de cet accord, le TMC accepte donc de céder une partie de ses prérogatives, célébrant en des termes surprenants pour les généraux « la victoire de l’armée et du peuple afin de réaliser les objectifs de la glorieuse révolution ». Avant toute chose, il faudra examiner la composition exacte des différents organes. Les négociations avec les groupes armés ne constitueront pas le seul obstacle

Hors contrôle

Il faudra aussi traiter la question des membres des organes de sécurité et de renseignement qui ont disparu depuis la chute d’Omar Al-Bachir, et résoudre cette équation complexe : comment faire pour créer les bases de la confiance entre de multiples parties, incluant les éléments armés les plus puissants à l’heure actuelle, ceux des Forces de soutien rapide (RSF) du général Hemetti

Certains de leurs personnels sont accusés d’être impliqués dans les fusillades de lundi soir, à Khartoum. Le TMC s’est désolidarisé de ces groupes d’hommes en uniformes, les traitant d’éléments « hors contrôle ». Une commission d’enquête est supposée faire le jour sur ces événements et sur l’identité comme sur les intentions de ceux qui ont tué cinq manifestants, et perdu l’un des leurs

Par Jean-Philippe Rémy – lemonde.frFree Opinions

رابط مختصر

أضـف تـعـلـيق 0 تـعـلـيـقـات

* الإسم
* البريد الألكتروني
* حقل مطلوب

البريد الالكتروني لن يتم نشره في الموقع

شروط النشر:

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

ان كل ما يندرج ضمن تعليقات القرّاء لا يعبّر بأي شكل من الأشكال عن آراء اسرة Free Opinions | فضاء الآراء الالكترونية وهي تلزم بمضمونها كاتبها حصرياً.