Chris Cox, le partenaire de jeu d’échecs de Mark Zuckerberg, quitte #Facebook

مشاهدة
أخر تحديث : lundi 18 mars 2019 - 11:59
Chris Cox, le partenaire de jeu d’échecs de Mark Zuckerberg, quitte #Facebook

C’est un compagnon des débuts, féru de Nietzsche et de Stravinsky, qui reprend sa liberté. Le réseau social, qui met enfin l’accent sur la vie privée, doit rassurer

Grand chambardement chez Facebook. Si la nouvelle organisation, présentée cette nuit par Mark Zuckerberg, fait monter en gamme plusieurs personnalités comme la Française Fidji Simo, plusieurs membres de la garde rapprochée de « Zuck » comme Chris Davis, le directeur de WhatsApp, ou encore Chris Cox, qui était en charge des produits de Facebook, c’est-à-dire responsable du développement du réseau social, mais aussi d’Instagram ou encore de Messenger, quittent le navire. C’est une décision inattendue alors que Facebook, qui continue cependant d’engranger des bénéfices, traverse une nouvelle crise d’identité. Le 7 mars, Mark Zuckerberg expliquait en effet vouloir créer une « plateforme de réseau social et de messagerie centrés sur la vie privée ». Et pour expliquer le récent jeu de chaises musicales, le PDG de Facebook a expliqué : « Il s’agit d’un changement important alors que nous entamons le prochain chapitre de notre travail visant à jeter les bases sociales pour la protection de la vie privée à l’avenir. »

Féru de Nietzsche et de Stravinsky

Mais qui est donc Chris Cox  ? En réalité, ce jeune homme de 36 ans, qualifié par Forbes de « plus important cadre de la Silicon Valley dont personne ne parle » a joué un rôle-clé dans le développement de Facebook. Proche et confident de Mark Zuckerberg, il est à la fois claviériste dans un groupe de reggae et féru de Nietzsche comme des ballets de Stravinsky. Lorsque Le Point l’a rencontré, il y a trois ans, Chris Cox, barbe d’un jour et veste droite, était venu visiter l’école 42, après un déjeuner au restaurant Le Laurent. En enjambant les matelas qui jonchaient alors les couloirs de cette école d’informatique du nord-ouest de Paris, il avait retrouvé le même esprit camping qu’aux débuts de Facebook, qu’il a rejoint en 2005. « Nous n’étions qu’une trentaine et, pour réparer le site en cas de souci, nous vivions sur place », se souvenait alors le chief product officer de Facebook.

Maîtres de l’échiquier. Mark Zuckerberg (à gauche) et Chris Cox au QG de Facebook, à Palo Alto (Californie), en mars 2009.© Peter Dasilva/REA

Dix-huit minutes à peine après le début de l’interview, ce geek éclectique avait alors lâché : « Ce sont les humains et non les machines qui doivent programmer les logiciels. Les humains doivent avoir le dernier mot. » Une affirmation un rien rassurante alors que, moins d’une semaine plus tôt, suivant les recommandations « antinudité » d’un algorithme maison, Facebook supprimait des posts diffusant le célèbre cliché en noir et blanc d’une petite Vietnamienne nue brûlée au napalm. Cette photo prise par Nick Ut dans le village de Trang Bang nous plongeait dans l’enfer de la guerre du Vietnam.

La technologie ne doit pas nous éloigner les uns des autres

Une censure qui a suscité une bronca mondiale. Le réseau social aux 2,3 milliards d’utilisateurs avait finalement reconnu le « statut emblématique et d’importance historique du cliché » et rétabli les posts supprimés. Alors, est-ce l’homme ou la machine qui doit faire la loi sur la plus grande plateforme d’information mondiale  ? Réponse de Cox : La technologie ne doit pas nous éloigner les uns des autres

Et dire que la figure historique du réseau social a bien failli ne jamais travailler chez Facebook. Né à Atlanta d’un père comptable et d’une mère prof d’anglais, Cox a grandi à Winnetka, 12 000 âmes, en banlieue de Chicago. Winnetka, ses hot dogs, sa plaque commémorant le discours de Martin Luther King de 1965, son lycée fréquenté par Donald Rumsfeld… Fan de science-fiction, il passe alors sa jeunesse devant les écrans, avant d’intégrer Stanford, où il étudie le traitement automatique du langage et suit la spécialisation sur le symbolic system, qu’a également suivie le cocréateur de LinkedIn, Reid Hoffman

Spécialiste des sciences cognitives et coloc d’Ezra Callahan

Le voilà donc promis à une brillante carrière de spécialiste en sciences cognitives, sauf que son colocataire n’est autre qu’Ezra Callahan, qui fait partie des dix premiers geeks recrutés par Facebook, et chaque soir celui-ci revient tout sourire à l’appartement. Ezra l’encourage à rencontrer Dustin Moskovitz, un des cocréateurs de Facebook avec Mark Zuckerberg. Au début, Chris résiste. Puis se rend dans les locaux de la start-up, alors située à Palo Alto. « J’ai compris que je pourrais créer une carte, non des endroits, mais des gens et des relations entre les humains. » Une motivation suffisante pour quitter des études pourtant prometteuses : Chris sera un drop out, comme Zuckerberg, mais aussi Steve Jobs

Depuis, chez Facebook, les algorithmes n’ont cessé de prendre de l’importance. Un des principaux chantiers de la division intelligence artificielle du réseau social est de faire parler les images. « Un malvoyant doit pouvoir savoir qui se trouve sur une photo et quelle est l’humeur de cette personne », s’enthousiasmait alors Cox, par ailleurs inventeur il y a un peu moins de quinze ans du fil d’actualité Newsfeed, qui détermine ce qui, ou non, est susceptible de retenir notre attention : Plus d’un milliard de personnes ont visité Facebook aujourd’hui. Chacune n’aura le temps de lire que 200 notifications sur les 2 000 postées par ses amis. À nous de faire remonter les plus pertinentes pour qu’elle ait envie de revenir

Lecteur de Rainbows End, le roman de Vernor Vinge

À entendre celui qui aime disputer des parties d’échecs avec Mark Zuckerberg, « les technologies doivent permettre de rapprocher les hommes ». Mais aussi de voyager dans le temps. « Dans Rainbows End, de l’écrivain de science-fiction Vernor Vinge, les élèves munis de lunettes Oculus passent de l’époque actuelle à l’ère préhistorique. Nous demandons en ce moment à des entreprises de jeux vidéo et de cinéma de créer du contenu pour nos lunettes. » L’autre grand rêve de Cox est également de mélanger virtuel et réalité. Des informations pourraient apparaître sur les verres de nos lunettes, explique-t-il. J’aimerais aussi pouvoir un jour lancer une vidéo avec le mouvement de mes mains

Mark et moi voyageons beaucoup

Depuis plusieurs années, le réseau tentaculaire essaie de connecter le « prochain milliard d’internautes ». Mais Facebook n’est pas le bienvenu partout : New Delhi a vécu ce déploiement comme une atteinte à sa souveraineté, et le projet là-bas reste en discussion. Mark et moi voyageons beaucoup pour rencontrer des chefs de gouvernement et des développeurs. En Afrique, je suis impressionné par la communauté de développeurs au Kenya, en Afrique du Sud, au Nigeria et en Tanzanie

Sa femme est la petite fille du dramaturge Luang Wichitwathakan 

Que pense ce globe-trotteur des chatbots, ces logiciels qui, grâce à un algorithme, sont capables de tenir une conversation avec un être humain  ? Il y a trois ans, Facebook a rendu disponible un outil de création de tels logiciels, et il existe plus de 300 000 sur le réseau social. Meetic par exemple s’est doté de son propre chatbot, incarné par deux avatars : au choix, Lara ou Tom. Cox, quant à lui, n’a pas recouru à un tel programme pour rencontrer il y a neuf ans la réalisatrice d’origine thaïlandaise Visra Vichit-Vadakan, et pour l’épouser – trois jours de noces auxquels était invité Mark Zuckerberg. Visra est la petite-fille de Luang Wichitwathakan, un romancier, diplomate, et dramaturge qui a marqué l’histoire de la Thaïlande. Les deux étudiants à Stanford étaient tout bêtement tombés amoureux alors qu’ils fréquentaient le même club de tambour traditionnel japonais. Et ils sont aujourd’hui les heureux parents d’un petit garçon. Chris Cox, qui a tout de même souhaité bonne chance au réseau social, devrait passer davantage de temps avec lui maintenant. Et, peut-être, lui transmettre sa passion des ballets du compositeur russe Igor Stravinsky

Par Guillaume Grallet – Lepoint.fr

رابط مختصر

أضـف تـعـلـيق 0 تـعـلـيـقـات

* الإسم
* البريد الألكتروني
* حقل مطلوب

البريد الالكتروني لن يتم نشره في الموقع

شروط النشر:

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

ان كل ما يندرج ضمن تعليقات القرّاء لا يعبّر بأي شكل من الأشكال عن آراء اسرة Free Opinions | فضاء الآراء الالكترونية وهي تلزم بمضمونها كاتبها حصرياً.