José #Mourinho est-il responsable de la lente érosion des valeurs de #ManchesterUnited

مشاهدة
أخر تحديث : dimanche 16 décembre 2018 - 11:18
José #Mourinho est-il responsable de la lente érosion des valeurs de #ManchesterUnited

Manchester United défie Liverpool pour un choc de Premier League ce dimanche à Anfield à 17 heures. Avec un Mourinho plus décrié que jamais


José Mourinho a toujours voulu tout contrôler. Au Real Madrid, il ne voulait pas d’un directeur sportif et gérait le club espagnol « à l’Anglaise ». À Chelsea, durant ses deux passages, il a très souvent eu maille à partir avec ses dirigeants. À Manchester United, c’est encore lui le patron. Le « boss » de fin d’un niveau pas très élevé cette saison. Installé de guinguois sur un trône inconfortable en forme de siège éjectable défectueux. Toujours la même histoire. Chelsea ou le Real sous Mourinho n’étaient plus vraiment Chelsea ou le Real, c’étaient les équipes de Mourinho, un entraîneur qui a toujours phagocyté les formations qu’il a entraînées pour le meilleur et pour le pire. Mais pour le pire, c’est lui le meilleur

Esprit, es-tu là 

Cette saison, Manchester United n’est guère impressionnant dans le jeu, est englué à une 6e place indigente au vu des ambitions du début de saison et des sommes colossales balancées à travers les différentes fenêtres du mercato et rien n’indique que cela va changer dans un avenir proche. Malgré un effectif de qualité sur le papier. United est ce géant qui chute irrémédiablement et surtout, en silence. Sans aucun sentiment d’urgence. Tout cela, supervisé par un Mourinho au discours et à la méthode que d’aucuns qualifieraient d’iconoclastes. Moins complaisamment, on peut parler de propos podoclastes pour les pauvres journalistes s’aventurant en conférence de presse chaque semaine pour la « spéciale » du Special One

« Avez-vous appris quelque chose du match ? », s’était hasardé un confrère après la récente défaite à Valence.« Non, rien. Et vous ?« , cinglait Mourinho. Comme s’il n’avait de comptes à rendre à personne et c’est d’ailleurs probablement le cas. Pour justifier ses résultats médiocres au vu des moyens déployés, Mourinho invoque le fair-play financier… Comme si Manchester United n’avait pas dépensé des mille et des cents depuis l’arrivée du coach portugais sur le banc, avec, en février 2018 et selon un rapport de l’observatoire du football (CIES), 747 millions d’euros dépensés au mercato pour constituer son équipe d’alors. En tout, et selon des chiffres rendus publics, United a dépensé 425 millions d’euros depuis l’été 2016. De quoi, tout de même, se constituer une équipe compétitive et ce, quoi qu’en dise le Mou

Totem d’impunité

Et si la plus grande prouesse de Mourinho depuis son arrivée à Manchester était d’avoir réussi à nous endormir et à nous convaincre qu’il ne pouvait pas faire mieux avec les (immenses) moyens dont il dispose ? Comme si l’ancien coach de Chelsea avait réussi à transposer l’absence de révolte et de fighting spirit de ses joueurs sur le pré dans les travées pourtant réputée sexigeantes d’Old Trafford. Un totem d’immunité permanent pour un coach qui se dit lui-même impossible à virer. « On dit que je suis en danger, mais je ne pense pas. S’ils m’écartent, avez-vous la moindre idée de l’argent qu’ils devraient me donner ? », avait-il confié à des journalistes italiens de La Repubblica et La Gazzetta dello Sport en septembre dernier

En octobre, alors que son équipe ne comptait qu’une seule victoire depuis le début de la saison, Mourinho, attendu au tournant par des journalistes avant un match contre Newcastle, avait passé 3 minutes et 32 secondes en salle de presse, évitant de répondre à toute question concernant une éventuelle instabilité dans son vestiaire, les envies de départ d’Alexis Sanchez et autres rumeurs de départ le concernant. Une gestion chaotique sur le pré comme en dehors que ne goûtent guère certaines anciennes gloires telles que Rio Ferdinand et Paul Scholes, pour qui Mourinho pervertit l’esprit Manchester United en toute impunité, aussi bien d’un point de vue sportif que combatif. Martin Keown, lui, invite les joueurs de United à ne plus écouter leur manager qu’il veut désormais baptiser le « Lonely One », en lieu et place du « Special One » : « Je suis bien incapable de définir l’identité de jeu de cette équipe », a notamment tancé l’ancien Gunner

Par goal.com
رابط مختصر

أضـف تـعـلـيق 0 تـعـلـيـقـات

* الإسم
* البريد الألكتروني
* حقل مطلوب

البريد الالكتروني لن يتم نشره في الموقع

شروط النشر:

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

ان كل ما يندرج ضمن تعليقات القرّاء لا يعبّر بأي شكل من الأشكال عن آراء اسرة Free Opinions | فضاء الآراء الالكترونية وهي تلزم بمضمونها كاتبها حصرياً.