La Turquie, nouvel eldorado des footballeurs

مشاهدة
أخر تحديث : dimanche 2 juillet 2017 - 12:59
La Turquie, nouvel eldorado des footballeurs

Acteurs majeurs de ce mercato, les clubs turcs ont attiré des trentenaires de la Ligue 1 aux salaires élevés. Qui vont découvrir un Championnat avec ses avantages… et ses inconvénients

Bafétimbi Gomis et Younès Belhanda à Galatasaray, Mathieu Valbuena et Nabil Dirar à Fenerbahçe, mais aussi Jérémy Ménez à Antalyaspor, loin de la bouillante Istanbul. Cet été, malgré un contexte politique et sécuritaire toujours tendu (voir par ailleurs), la Turquie est une destination tendance pour des joueurs confirmés de L igue 1. En raison, principalement, de l’attractivité financière des clubs de la Süper Lig, dont la saison démarrera le 11 août

Pour le joueur de foot, si la Turquie est un eldorado, celui-ci est avant tout fiscal.« Parmi tous les pays qui ont un Championnat de bon niveau, c’est celui qui a le taux d’imposition le plus faible pour les footballeurs (15 %, contre 47,5 % en France), insiste Charles Le Lez, ancien professeur de droit fiscal à l’École des agents. Autre avantage considérable : les clubs turcs prennent systématiquement en charge l’impôt. » « C’est simple : ce que je gagnais en brut en France, ici, je le gagne en net », apprécie l’ancien Nantais Olivier Veigneau (31 ans), qui évolue à Kasimpasa depuis 2015. Séduits par des salaires compris entre 3,5 et 4 millions d’euros annuels avec bonus, Bafétimbi Gomis et Mathieu Valbuena s’apprêtent à toucher des sommes que la Ligue 1 ne veut plus offrir à ses joueurs vieillissants

La gestion financière des clubs est loin d’être irréprochable, Ceyhun Kaplan, consultant sur le foot turc

En plus de cet atout, deux faits récents ont attisé la gourmandise des clubs turcs sur le marché des transferts. À commencer par l’explosion du montant des droits télé pour la période 2017-2022. Propriété du groupe BeIn Media Group, Digiturk déboursera plus de 550 millions d’euros par an (contre 362 M€ pour la période précédente). En parallèle, les quotas de footballeurs étrangers autorisés ont été assouplis. Depuis l’été 2015, les clubs ont le droit de posséder chacun quatorze joueurs non turcs et d’en aligner onze sur les feuilles de match contre huit auparavant

Par Imanol Corcostegui/lequipe.fr
رابط مختصر

أضـف تـعـلـيق 0 تـعـلـيـقـات

* الإسم
* البريد الألكتروني
* حقل مطلوب

البريد الالكتروني لن يتم نشره في الموقع

شروط النشر:

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

ان كل ما يندرج ضمن تعليقات القرّاء لا يعبّر بأي شكل من الأشكال عن آراء اسرة Free Opinions | فضاء الآراء الالكترونية وهي تلزم بمضمونها كاتبها حصرياً.