Test vélos – Peugeot : le vélo électrique dans tous ses états

مشاهدة
أخر تحديث : lundi 29 octobre 2018 - 12:28
Test vélos – Peugeot : le vélo électrique dans tous ses états

Nous avons essayé deux nouveaux modèles électriques de la marque au lion : tous deux urbains, ils sont aux antipodes l’un de l’autre


La folie électrique continue de secouer le monde du vélo, pour le plus grand bonheur des constructeurs et des détaillants. La semaine dernière, alors qu’un temps quasi estival régnait sur Paris, nous avons testé deux nouveautés de Peugeot, deux montures électrifiées aux antipodes l’une de l’autre. Si le premier a été conçu pour la ville, le deuxième est plus polyvalent. Que valent-ils et lequel choisir

Commençons par le eLC01, un petit vélo à petit prix .. même si tout est relatif

Sur son site, Peugeot vend un vélo urbain pratique. Ne vous fiez pas à la jolie photo de ces deux couples en goguette sur des chemins : imaginer une balade sur petite route et chemin avec un tel vélo n’est vraiment pas une bonne idée… Le eLC01 peut vous aider à faire vos courses en ville, de manière ponctuelle, sur de petits trajets, il ne faut pas lui en demander plus

Petit cadre, petites roues de 24 », il a du charme, ce vélo, une jolie selle à ressorts confortable, un gros phare à l’avant (l’éclairage arrière est intégré à la batterie, un autre bon point), des pneus à flans blancs : oui, le eLC01 a beaucoup de classe. Le L de son nom le rattache à la gamme Legend du constructeur, une réédition de ses cadres des années 70

À l’usage, ne lui demandez pas d’aller vite. C’est un vélo pour prendre son temps. Le moteur électrique se situe sur le moyeu avant. On en connaît les inconvénients : une sensation d’à-coups quand le moteur se met en route et, sur route mouillée, un risque de dérapage au démarrage. Prenez garde de repartir en vous positionnant sur le niveau d’assistance minimale et, si possible, sur un grand pignon. Comme le dérailleur ne permet pas de changer de rapport à l’arrêt, il faut donc y penser avant

Une virée dominicale au marché

Côté dérailleur, justement, il affiche huit vitesses. Franchement, un tel luxe nous a semblé inutile, trois seraient bien suffisantes. Côté motorisation et batterie, vous ne disposerez que d’une petite autonomie (30 à 70 km, selon le fabricant). Pour un petit vélo, c’est normal : le eLC01 ne prétend absolument pas être votre partenaire quotidien pour vous rendre au travail, ou même vous lancer dans une longue balade le week-end. Il est trop lourd et son moteur est sous-dimensionné pour cela. Mais ajoutez-y un panier ou des sacoches, le voilà dans son élément pour une virée dominicale au marché. Il grimpe les côtes gentiment, sans forcer, mais n’interdit pas non plus de pédaler plus fort pour accélérer (un peu…). Enfin, pour un petit vélo, Peugeot n’a pas mégoté sur le freinage, dotant cette modeste monture de freins à disques hydrauliques Tektro. Ça ne plaisante pas

La facture se situe à 1 399 euros. Pour un vélo électrique avec un moteur à l’avant, c’est plutôt cher : 200 euros de plus que le premier prix de Peugeot, le ec03. C’est le prix de son look et de ses freins hydrauliques. Si vous aimez le vintage, vérifiez tout de même que vous avez vraiment besoin d’un moteur pour des déplacements pépères ponctuels, ce pour quoi le eLC01 est conçu. En effet, toujours chez Peugeot, on ne saurait trop vous conseiller la gamme Legend non électrique, au charme fou et aux excellentes performances

eLC01

On aime

-son look vintage
-ses freins
On aime moins
-son manque de puissance
-son moteur à l’avant

Une belle randonneuse

Pour le deuxième test de la semaine, nous avons franchi un pas de géant dans la gamme pour enfourcher le eT01 Deore mixte. Pour 1 000 euros de plus que le précédent, il se présente comme un vélo « de trekking ». Derrière le mot un peu ronflant, on trouve une belle randonneuse électrique, capable d’avaler du bitume, mais aussi de sortir de la route pour aller sur les chemins. Avant, on appelait cela un VTC (pour vélo tout chemin), ce qui avait le mérite d’être clair. Mais le VTC s’est, paraît-il, effondré. Place au trekking, donc, à ne pas confondre avec le Gravel, même si on s’épuise à en définir les différences

Au-delà de ces subtilités marketing, cette version du eT01 est une vraie réussite. Elle nous a séduit par ses performances, bien sûr, mais surtout par son confort, ce qui en fait un excellent vélo de ville ! Rouler sur les pavés et les nids de poule innombrables de la capitale devient un plaisir. On a l’impression de rouler sur de la gomme

À ce prix-là, le moteur se situe bien sûr au niveau du pédalier, on y gagne en fluidité et en répartition du poids. Peugeot a choisi pour cette version l’un des meilleurs moteurs du marché : le Bosch Active Plus, silencieux, léger (moins de 3 kilos) et puissant, de 400 Wh pour la version de base à 500 Wh pour 200 euros de plus. L’autonomie de sa batterie – amovible, logée le long du cadre – affiche une grosse centaine de kilomètres. La petite console montre les informations essentielles. Petit regret : les boutons de changement de mode (éco, tour, sport et turbo) sont un peu durs à enfoncer – peut-être deviennent-ils plus souples à l’usage

Mais venons-en donc au point fort de cette bicyclette, son confort. Contrairement à son positionnement « sportif », le eT01 Deore offre à son pilote une position plutôt verticale, plaisante en ville, une selle gel assez large et, s’il n’existe que dans deux tailles, notre mètre cinquante n’a eu aucun mal à s’adapter à son cadre. La fourche suspendue Suntour (blocable) doit être pour beaucoup dans la sensation de fluidité qui émane du tout

Ajoutons-y des freins hydrauliques Magura et un dérailleur à 10 vitesses Shimano Deore, dont les manettes assurent une précision au quart de poil. En ville, un tel dérailleur paraît un chouia disproportionné, mais, à la montagne, pourquoi pas

Parfait pour du vélotaf lointain

Enfin, même s’il reste discret, le eT01 ne manque pas d’allure (même si, on l’aura compris, il est moins sportif que son positionnement « trekking » ne l’annonce). C’est un bon vélo roulant, parfait pour du vélotaf lointain ou des promenades importantes le week-end – assurez-vous tout de même que le moteur vous est indispensable : ce serait dommage de dépenser une telle somme sans vraie nécessité. Le cadre qui lorgne du côté de Moustache avec ses tubes d’aluminium profilés est assez fin. Pour 2 499 euros (soit 200 euros de moins que le modèle Moustache équivalent), il affiche un honnête rapport qualité/prix

ET01 Deore

On aime
-son moteur haut de gamme Bosch active
-la position de conduite et son confort
-ses freins
On aime moins
-un positionnement marketing peu clair
-une console adaptée au VTT, moins en ville
Par lepoint.fr
رابط مختصر

أضـف تـعـلـيق 0 تـعـلـيـقـات

* الإسم
* البريد الألكتروني
* حقل مطلوب

البريد الالكتروني لن يتم نشره في الموقع

شروط النشر:

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

ان كل ما يندرج ضمن تعليقات القرّاء لا يعبّر بأي شكل من الأشكال عن آراء اسرة Free Opinions | فضاء الآراء الالكترونية وهي تلزم بمضمونها كاتبها حصرياً.